Sarkozy accueilli à Nancy par... 900 manifestants!

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

Nicolas Sarkozy tient une réunion ce mardi matin à Nancy sur la réforme hospitalière.

En marge de cette visite, entre 700 manifestants et un millier défilent depuis 11H00 dans les rues de la ville. Ils sont 900, selon France 3 Lorraine.

Ils protestent majoritairement contre la réforme hospitalière à l'appel de la CGT Santé.

D'autres tiennent des pancartes appelant à la démission de Nicolas Sarkozy, notamment des banderoles "Casse-toi pov'con".

Ça chauffe...

Ce mardi midi, un manifestant, qui aurait tenté de mettre le feu à une poubelle a été interpellé. De leur côté, les policiers ont lancé des bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants rassemblés pour protester contre cette interpellation, indique le NouvelObs.com.

 

Voici une vidéo de l'arrivée de Nicolas Sarkozy



MANIFESTATION NANCY SARKOZY 12 MAI
envoyé par AlbanForlot - L'actualité du moment en vidéo.

"Tout ça pour un seul homme, je ne sais pas de quoi il a peur"

Beaucoup d'entre eux critiquent l'important quadrillage policier mis en place pour la venue du président, le jugeant "honteux, aberrant, inadmissible", selon L'Est Republicain.fr.

Car comme lors des précédents déplacements du chef de l'Etat en province, Nancy semble être en état de siège.

Deux lieux ont été entièrement bloqués: l'hôpital dans le centre-ville, entouré d'une zone sécurisée de 300 à 400 mètres, et le gymnase où s'achèvera la visite présidentielle, précise le site du journal local.

"Tout ça pour un seul homme, je ne sais pas de quoi il a peur", ironise un responsable syndical.
Une habitante de Nancy, qui n'a pu aller travailler, s'étonne de ce bouclage de la ville:

Publié dans Hopital santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pat-trick 14/05/2009 20:28

C'est pas grand chose, mais la police n'a pas lancé de lacrymogène. Ils ont usé de deux bombes lacrymogènes face à deux cents personnes (au moins) d'extr^me gauche principalement restés face aux "barricades" montées par les CRS en post.Deux policiers apparement en protection du seul homme interpellant l'auteur de "violences urbaines".Il serait bien que le nouvel observateur se renseigne un peu mieu...Un témoin des faits neutre de tout mouvement et de simple passage