Et ailleurs en Europe…

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS


Allemagne : La CDU en recul, mais toujours en tête

Les conservateurs allemands de la chancelière Angela Merkel s’acheminaient aux élections européennes dimanche vers un score nettement inférieur à celui enregistré en 2004, selon des sondages sortie des urnes. Progression de Die Linke.

Les conservateurs de la chancelière allemande Angela Merkel étaient largement en tête avec plus de 38% des voix à l’issue des élections européennes en Allemagne marquée par la progression des libéraux et une nouvelle baisse de participation.

Malgré une chute de quelque 6 points par rapport au scrutin européen de 2004, la CDU (avec son alliée bavaroise CSU) reste, avec 38,1 à 38,2% des voix, de loin la première formation politique du pays, selon les estimations des chaînes publiques ARD et ZDF.

Elle devance largement ses rivaux sociaux-démocrates (SPD), partenaires minoritaires dans le gouvernement de Mme Merkel depuis 2005, qui enregistrent leur plus mauvais résultat historique, avec entre 20,9 et 21,3% des voix (contre 21,5% en 2004).

L’Allemagne a beau envoyer le plus gros contingent de députés au Parlement européen, 99 sièges sur 736, ce scrutin faisait surtout figure de test avant les élections législatives de septembre.

Les libéraux du FDP, partenaires préférés de Mme Merkel si elle devait former le prochain gouvernement, réalisent une performance. Ils remontent de 6,1% en 2004, à entre 10,3-10,9% ce dimanche, soit un gain de plus de quatre points.

Les conservateurs de Mme Merkel avaient recueilli 44,5% des voix en 2004, bénéficiant alors d’un vote sanction contre le gouvernement SPD-Verts qui venait d’adopter des réformes économiques douloureuses. Dans une interview au journal Bild am Sonntag, Mme Merkel avait d’ailleurs souligné que son parti avait alors "bénéficié de façon disproportionnée de la faiblesse du SPD".

Les Verts recueillent 12 à 12,3% des voix (11,9% en 2004). La gauche radicale — Die Linke — rassemble 7,2 à 7,7% de voix, en progrès par rapport aux 6,1% des dernières élections européennes.

Selon les projections de le chaîne ARD, la CDU/CSU aura 42 sièges au parlement européen (- 7), le SPD 23 (inchangé), les Verts 13 (inchangé), le FDP 12 (+5), Die Linke 9 (2 de plus qu’actuellement).

"Ce soir nous avons 17 points d’avance sur le SPD. La CDU seule est plus forte que le SPD et les Verts réunis", s’est félicité le secrétaire général de la CDU, Ronald Pofalla.

Mais les scores réunis des conservateurs et des libéraux ne suffisent toujours pas à atteindre la majorité simple de 50% qu’ils espèrent pour gouverner ensemble après les législatives.

L’actuel président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering (CDU), a estimé que son parti était en droit de nommer le prochain commissaire européen de l’Allemagne, pour la première fois depuis 20 ans.

Mme Merkel a annoncé dans la même interview que Berlin serait intéressé par les portefeuilles de la concurrence, du marché intérieur, ou, comme à présent, de l’industrie.

Le SPD a reconnu sa défaite : "C’est un résultat décevant, cela ne sert à rien de tourner autour du pot. J’attendais et je souhaitais autre chose", a déclaré Frank-Walter Steinmeier, candidat SPD à la chancellerie.

"Nous n’avons pas vraiment réussi à pousser nos électeurs à se rendre aux urnes. Quelque 42% des électeurs ont voté, mais aux législatives ce sera le double et je réagirai à un résultat bien différent", a-t-il ajouté.

Aucun chiffre officiel sur la participation n’était disponible. Selon la chaîne de télévision ZDF, elle s’est établie à 42,5%, en légère baisse par rapport aux 43% de 2004.

La participation ne cesse de baisser en Allemagne depuis les premières élections européennes en 1979 où elle avait atteint quelque 65%.

En Allemagne, 64 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes, dont 62 millions d’Allemands.

 

 

Publié dans Elections européennes

Commenter cet article