L'urgence d'un changement de cap social

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

L’Humanité a demandé à ceux qu’on appelle « le G8 », les huit représentants syndicaux qui se rencontrent régulièrement depuis la fin 2008 en intersyndicale, de dire quelle mesure d’urgence et quelle mesure de plus long terme leur semblent prioritaires.

Demain samedi, la journée de manifestations dans toutes les grandes villes de France sera la cinquième initiative nationale interprofessionnelle décidée dans l’unité par les huit organisations syndicales depuis le début de l’année. Cinq journées qui, sous des formes et avec des ampleurs diverses, ont marqué le refus des salariés de payer pour une crise dont la responsabilité ne leur incombe d’aucune manière.

Même si le résultat des élections européennes ne semble pas peser en faveur de la mobilisation sociale, les syndicats considèrent que, pour les salariés, les raisons de manifester sont plus légitimes que jamais. Elles sont plus vives encore qu’au début de l’année, quand tombent les incroyables chiffres des suppressions d’emplois : plus de 2 000 par jour en moyenne lors de ce second trimestre 2009 ! Pour l’essentiel, le gouvernement et le patronat, même s’ils ont dû faire mine d’entendre la colère sociale, n’ont apporté aucune réponse de fond aux attentes. Demain, les cortèges n’atteindront sans doute pas la taille de ceux des 29 janvier et 19 mars. Les syndicats en sont conscients et disent travailler dans la durée pour ancrer le mouvement dans les entreprises et les territoires. Une chose apparaît comme acquise : pour le moment, leur unité a tenu bon et s’est ancrée sur une plate-forme revendicative de haut niveau. Si cette unité ne suffit pas à changer les choses, elle laisse ouvertes les possibilités de mobilisations futures.

L’Humanité a demandé à ceux qu’on appelle « le G8 », les huit représentants syndicaux qui se rencontrent régulièrement depuis la fin 2008 en intersyndicale, de dire quelle mesure d’urgence et quelle mesure de plus long terme leur semblent prioritaires. À travers la diversité des réponses se dessine ce qui les rassemble : la volonté d’un vrai changement de cap dans la politique économique et sociale.

Olivier Mayer



Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article