Scandale!

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

La Cour des comptes veut faire voyager Sarkozy dans l'avion des domestiques!

On en finit plus de découvrir dans le rapport (accablant) de la Cour des comptes toutes les bizarreries du train de vie qui est celui de l'occupant actuel de la présidence de la République. Après les 14 000 euros d'avance pour frais personnels, après les sondages qui ne servent à rien payés par l'Elysée et publiés tout pareil dans le Figaro, voilà que la Cour des comptes s'attaque aux voyages privés du chef de l'Etat. Attention, ça va faire du bruit!

Voici ce que dit la Cour en son rapport page 15 et 16

 

 

En clair, traduit en langage dénué de diplomatique pronomination, cela signifie la chose suivante:

-Pour le moment, notre président voyage à titre privé dans des conditions luxueuses sur des lignes commerciales. C'est lui qui paye sa place et celles des membres de la famille qui l'accompagnent. Le problème, c'est que petit groupe est obligatoirement accompagné  d'un groupe de fonctionnaires divers et variés (au minimum du minimum, une dizaine de personnes) qui eux travaillent, ce qui revient à dire que c'est le contribuable qui en est de sa poche pour le déplacement du personnel domestique attaché au président et ses proches. Dans le même temps, un avion spécial de l'ETEC effectue le même trajet à vide. Oui, vide... Cet avion suit le président où qu'il aille, au cas où...

-La Cour demande donc au président de bien vouloir désormais voyager dans l'avion de l'ETEC, avec le personnel domestique de sa suite.  Oui, vous avez bien lu! La Cour des comptes veut faire voyager le président dans un avion partagé avec les larbins! Cette suggestion déjà une atteinte à l'idée que se fait notre chef de l'Etat de sa fonction. Vous imaginez Carla coincée sur une banquette quatre places, entre l'agent des transmissions n°1 et l'agent chargé de sa sécurité Aigle Bravo 2 ? Vous imaginez notre président en train de taper la belote avec Aigle Alpha 4 et l'austère médecin du service des armées qui le suit partout? L'horreur!

Et surtout, mesquinerie suprême, comble de l'humiliation, la Cour exige que même dans ce cas de figure, le président rembourse intégralement le prix du voyage sur la base des tarifs commerciaux pour le même trajet! Le même prix alors que tout le voyage se fera au bruit des pets et rots des gardes du corps assoupis pendant un trajet Paris-Bali, tout cela sans hôtesses, sans lecteur DVD perso, sans boissons fraîches, sans loup pour le dodo, sans jolis draps de soie au cas où le trajet se fait de nuit!

Heureusement, l'Elysée résiste! Pour le moment, cette "suggestion" est "à l'étude"... Etonnant non?

PS: ce rapport est signé Philippe Seguin. Qu'il est taquin, Philippe Seguin...

Article LePost

 

Publié dans Elysée

Commenter cet article