La Poste, rien n’est joué …

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS


Donnons de l’avenir au service public et aux postiers

lundi 3 août 2009
 

Le gouvernement vient d’adopter le projet de loi sur le changement de statut de La Poste en société anonyme et l’ouverture de son capital. Il doit être examiné à la rentrée parlementaire cet automne. Rien n’est joué quant à son issue.

La mobilisation nécessaire des postiers, notamment au travers d’un nouveau temps fort unitaire en septembre, doit s’accompagner de celle de la population. La consultation nationale - le samedi 3 octobre 2009 - à l’initiative du comité national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal, dans lequel la Cgt est partie prenante, sera l’occasion d’une nouvelle expression citoyenne massive pour s’opposer au changement de statut de La Poste. Cette consultation constitue une étape pour exiger auprès du Président de la République, l’organisation d’un référendum sur le service public postal. Car il est impensable qu’une loi décide de le transformer radicalement sans consulter ses véritables propriétaires, les citoyens.

La Cgt s’oppose à ce projet de loi qui s’inscrit dans un processus de privatisation de la Poste, fragilisant davantage le service public postal, mettant en cause ses missions, la cohérence de la complémentarité de ses activités, l’intérêt général, et accélérant les suppressions d’emplois.

Avec l’ouverture du capital, c’est l’entrée programmée des actionnaires privés, avec une exigence accrue de rentabilité financière. D’expérience, cette logique conduit à privilégier les activités et les clients les plus solvables et à délaisser la réponse aux besoins sociaux.

La Poste occupe une place essentielle pour les citoyens, les entreprises, les collectivités territoriales. Elle contribue à l’aménagement du territoire, à la cohésion sociale, au développement de l’activité économique, donc au maintien et à la création de l’emploi dans sa globalité, au combat contre les inégalités sociales et territoriales.

Dans le contexte actuel de récession et de crise financière, économique et sociale les services publics, dont la Poste constituent un maillon important pour en amortir les effets auprès de la population et participer à la relance de l’économie.

La proposition de la Cgt de créer un pôle financier public a plus que jamais du sens pour permettre de regagner une croissance durable garante du progrès social et respectueuse de l’environnement.

Composante du pôle financier public, la Poste avec sa banque postale, ses centres financiers, son réseau de bureaux de proximité, contribuerait ainsi avec les autres acteurs de ce pôle à renforcer l’appareil productif et la reconquête de l’industrie, sécuriser l’épargne populaire et l’orienter vers la satisfaction des besoins sociaux et économiques, assurer l’accès de tous aux services financiers.

Face à la volonté de passage en force du gouvernement, la Cgt avec l’ensemble de ses organisations est mobilisée. Engagée dans la bataille contre le projet de loi sur La Poste, elle l’est tout autant pour assurer le développement d’un grand service public postal moderne et rénové qui s’insère dans une démarche plus globale de conquête de nouveaux espaces de Service Public pour répondre aux besoins actuels des usagers mais aussi au besoin d’une nouvelle politique de développement économique et sociale, nationale et européenne.

Montreuil, le 3 août 2009

Site :  La CGT

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article