Visite de Sarkozy à l'hôpital de Villejuif: "L'hôpital est divisé en trois, j'ai jamais vu ça"

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS


manifestation hopital
(photo d'illustration)

Sur Le Post, une employée de l'hôpital explique le dispositif impressionnant mis en place pour l'occasion. Ce vendredi, Nicolas Sarkozy va célébrer ce midi la 2.500ème greffe hépatique à l’hôpital Paul Brousse à Villejuif, dans le Val-de-Marne.

Son déplacement fait polémique: le coût de la cérémonie s'élèverait à 200 000 euros.

De son côté, Nicolas Sarkozy a réagi, jugeant incompréhensible la polémique liée à cette visite, estimant que ce déplacement était "un devoir d'Etat", rapporte Europe 1.

Sur Le Post, Marie-Christine Fararik, secrétaire générale de la CGT Assistance Publique raconte que "l'hôpital est divisé en trois. Il y a des vigiles et des barrages pour que les gens ne passent pas entre les zones".

Est-ce que la sécurité a été renforcée?
"L'hôpital est divisé en trois, du coup on ne peut pas avoir accès à toutes les zones du bâtiment, comme en temps normal. C'est assez impressionnant. Il y a des vigiles et des barrages pour que les gens ne passent pas entre les zones. Une quinzaine de personnes nous empêchent de passer ces barrières. C'est un peu comme s'il y avait une zone libre, seulement ceux qui ont un laisser-passer peuvent passer ces barrages. J'ai jamais vu ça! Il y a des flics tout autour de l'hôpital. On nous a également prévenu que les gendarmes des alentours avaient été mobilisés, qu'il y avait des tireurs d'élite autour".

Comment va se passer le discours du Président?
"On nous a demandé d'être bien sage. Mais de toute façon Nicolas Sarkozy devrait entrer par une porte indépendante qui donne directement sur la rue, et les rues sont fermées... On a aucune chance de l'approcher, mais ce n'est pas notre but, ce serait lui faire trop d'honneur".


Comment êtes vous entrés?

"Il fallait montrer patte blanche. En plus de notre badge, il fallait montrer notre carte d'identité et une fiche de paye".

Et vous, vous manifestez?
"Oui, nous on est à l'intérieur, d'autres sont à l'extérieur car ils ne travaillent pas et ne peuvent pas rentrer dans l'hôpital. En tout on doit être à peu près 1000.
Nous notre but ce n'est pas d'aller à l'affrontement, on veut juste montrer qu'il y a une différence entre la réalité et les discours, la communication de Nicolas Sarkozy. Il vient pour célébrer la 2500e greffe hépatique, mais avec les 26 emplois supprimés cette année, on ne sait pas si on va pouvoir continuer à pratiquer ces greffes dans les hôpitaux publics".

Vous allez faire quoi concrètement?
"Les chercheurs devraient nous rejoindre, on va faire une marche jusqu'à la mairie de Villejuif pour protester".



Regardez la vidéo du journal de France 2 sur la visite de Nicolas Sarkozy


Le Président en visite, hier, à l'hôpital Paul Brousse (Viillejuif), a commis un extraordinaire lapsus...

 

 

 



Publié dans Économie

Commenter cet article