Blocage des tarifs gaz: la farce bis et repetita

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

gaz1.jpg

 

Alors que le gouvernement vient, en début d’année, de se dégager de toute responsabilité en transférant à la CRE la décision politique finale d’accepter les hausses des tarifs publics proposées par le groupe GDF Suez, la Ministre de l’économie crée la surprise en bloquant les augmentations des tarifs gaz jusqu’à la fin de l’année… mais en acceptantune dernière au 1er juillet, certainement « pour la route ! ».

 

Une augmentation de 5 % c’est de l’ordre de 500 millions d’euros de marge supplémentaire. Une aubaine pour l’entreprise et ses actionnaires- dans l’atteinte de son objectif d’augmenter les dividendes sur les résultats 2010 de 10 % !

 

La population mesure toutes les conséquences de la privatisation et de la dérèglementation du gaz en France ainsi que des arguties déployées pour convaincre de son efficacité. Les partisans de la privatisation de GDF annonçaient qu’elle allait faire
baisser les tarifs !

 

La Ministre prend soin de promettre qu’elle va diligenter un audit sur les coûts d’achat du gaz importé et la pertinence de la formule tarifaire.

 

La CGT rappelle que lors d’un précédent « embrasement médiatique » qu’avait provoqué la perspective d’une hausse tarifaire, déjà le ministre de l’époque avait diligenté une enquête par l’inspection des finances. Les administrateurs élus CGT de Gaz de France avaient été auditionnés. Malgré de nombreuses demandes, à aucun moment ils n’ont eu connaissance des conclusions de cette inspection restée sans suite.

 

La FNME CGT demande que cette fois, l’enquête sur l’évolution de tarifs publics soit démocratique en intégrant dans la commission des syndicalistes, élus et associations de consommateurs.

 

La FNME CGT rappelle son opposition à la formule tarifaire actuelle qui ne correspond pas aux coûts comptables des approvisionnements long terme de GDF Suez. Les consommateurs en France ne bénéficient pas de la rente des contrats historiques dont a hérité GDF/Suez lors de la fusion.

 

La FNME CGT est opposée à toute corrélation de la formule tarifaire avec le marché spéculatif du gaz nouvellement créé dont les effets boomerang seraient désastreux pour le consommateur.

 

Communiqué de la Fédération Nationale des Mines et de l'Energie CGT

 


Publié dans Désentubages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article