Chômage : où ça, une baisse ?

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

pole-emploi-chomage-chomeurs.jpg

 

 L'UMP salue la décrue du nombre d'inscrits au chômage... qu'elle est bien seule à voir. "La politique économique du gouvernement porte ses fruits, tout particulièrement pour les jeunes, dont le chômage diminue depuis mai 2009", a écrit dans un communiqué le porte-parole du parti, Frédéric Lefebvre. Tout ça parce le nombre de demandeurs d'emploi sans activité et à la recherche de tout type de contrat (catégorie A) a connu une baisse accrue en juillet en France métropolitaine. Sauf que pour tous les observateurs, ce chiffre choisi, pas dui tout au hasard, est loin de la réalité. Ainsi, le nombre de chômeurs de catégorie A (sans activité) baisse de 0,5% sur un mois, certes, mais, note l'UNSA le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie B et C (ceux avec une activité réduite) augmente de 1,6% sur ce même mois. "Dans ces conditions, parler de baisse du chômage nous paraît un non-sens, écrit-elle dans un communiqué.

 

Dans la mesure où le nombre d'inscrits au chômage a augmenté en juillet pour plusieurs catégories, dont les seniors et les jeunes faisant "des petits boulots", l'embellie clamée par le gouvernement est un grossier trompe-l'oeil.

 

Pire, les signaux sont au contraire inquiétants : le chômage des plus de 50 ans toutees catégories augmente de plus de 16% sur un an. Le chômage des jeunes exerçant des petits boulots est en augmentation de plus de 11% sur un an. Enfin, le chômage de longue durée continue sa progression , et la durée moyenne d'inscription augmente de près d'un mois en un an. On est loin de la véritable reprise économique

 

FO de son côté alerte sur "la situation dramatique" des jeunes en matière d'emploi et réclame "dans les meilleurs délais" une réunion partenaires sociaux-gouvernement, dans un courrier adressé mercredi au secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez. Notant que "plus de 24% d'entre eux sont au chômage, dont 46% depuis plus d'un an", le leader de FO, Jean-Claude Mailly, souligne que "cette situation dramatique renforce un peu plus la précarité" des jeunes, dont "beaucoup ne peuvent bénéficier d'un revenu de remplacement ou de solidarité notamment en raison des conditions drastiques d'accès au RSA jeune".

 

"La réalité, c'est une nouvelle augmentation du nombre de personnes inscrites à Pôle emploi dans les catégories A, B, C de +5.300 pour le seul mois de juillet (soit une augmentation de 8,1% sur un an)",a déclaré Alain Vidalies, secrétaire national du PS au Travail et à l'Emploi. Selon ce membre de la direction du PS, "les chiffres exploités par le gouvernement ne sont obtenus que grâce à une explosion des entrées en stage (plus 17,2% sur un mois) et des dispenses de recherche d'emploi (plus 24,4% en juillet)". "Pour le reste les chiffres sont clairs : les sorties de Pôle emploi sont en diminution et les offres d'emploi collectés n'évoluent positivement que pour les petits boulots", ajoute-t-il, affirmant que le gouvernement "a baissé les bras face au chômage".

 

L'Humanité

 

 

 

Publié dans Économie

Commenter cet article