Conflit d'intérêts au gouvernement: la collection s'agrandit!

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

h-3-2174797-1280987571.jpg

 

Dans un des extraits des enregistrements pirates de conversations de Liliane Bettencourt révélés par le site Mediapart les 18, 21 et 28 juin , selon Challenges, on peut lire à la date du 23 octobre 2009 que le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, n'a qu'une seule crainte : "c'est que je ne veux pas réveiller le tigre qui dort."

Et comme on le comprend depuis deux mois!

De même qu'on comprend qu'à l'UMP non plus ils n'ont pas envie de "réveiller le tigre qui dort". Et pour cause. pendant que le tigre dort, les conflits d'intérêts vont bon train.

Au détour d'un article du journal Les Echos, on apprend que le Fond stratégique d'investissement (FSI), détenu à 51% par la Caisse de Dépôts et Consignation, change de directeur.

A dater de septembre 2010, le nouveau directeur du FSI sera Jean-Yves Gilet, actuel patron de la branche des aciers inoxydables chez Arcelor Mittal. Il va remplacer Gilles Michel.

La mission du nouveau directeur sera la même que celle de l'ancien, à souligné Christine Lagarde: "La mission ne change pas : il devra continuer à investir pour soutenir des entreprises (1,5 milliard déjà investi dans 35 entreprises qui emploient près de 50.000 personnes)"

Gilles Michel, lui, doit reprendre en septembre la direction générale d'Imerys... une société majoritairement contrôlée par Albert Frère. Et dont, comme par hasard, le directeur général adjoint depuis 2008 est Jerôme Pecresse, l'époux de Valérie Pécresse, la même qui a bénéficié, comme chacun sait, du financement de Liliane Bettencourt lors de sa campagne régionale.

Autre hasard, Eric Le Moyne de Sérigny, conseiller discret d'Eric Woerth et néanmoins beau fils de Paul Desmarais (ami de Nicolas sarkozy) richissime homme d’affaires, collaborateur du Groupe Carlyle ( qui a fait une très juteuse affaire avec l'achat et la revente à l'Etat des locaux de l'imprimerie Nationale), Eric Le Moyne de Sérigny, donc, fait parti du conseil d'administration de la société Imerys .

Jusque là, il n'y aurait qu'un hasard sommes toutes négligeable, le monde est si petit Pied de nez.

Sauf que...

Le directeur sortant du FSI ,comme le souligne Christine Lagarde dans Les Echos, travaille depuis un certain temps, comme représentant de l'Etat, à l'entrée du FSI , au côté de la société Imérys, dans le capital de CMA-CGM " armateur français lourdement endetté.

- Après la nomination controversée de François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée , à la tête du futur groupe Caisse d’épargne — Banque Populaire (Nomination qui, malgré l'avis du parquet de Paris, qui s'était prononcé contre l'ouverture d'une information judiciaire, fait, depuis mars 2010, l'objet d'une information judiciare pour prise illégale d'intérêt),

- Après celle de Stéphane Richard qui est passé de la direction du cabinet de la ministre de l’Economie au poste de PDG de France Telecom en moins de un an, contre l'avis de la commission de déontologie,

On peut se demander si le départ de Gilles Michel, nommé en 2008 à la tête du Fonds Stratégique d’Investissement créé par l’État français, travaillant à fournir des fonds publics à des entreprises privées FRANCAISES déclarées vitales pour l'économie du pays,on peut se demander si ce départ, pour prendre la tête d'une des entreprises généreusement aidée par la CDC, principal actionnaire du FSI, n'est pas à la limite du conflit d'intérêt, voir de la prise illégale d'intérêt!

On peut également se demander si, dans le sillage du ministre du Travail, nos hauts fonctionnaires n'ont pas, au cours de leur formation, fait l’impasse sur le concept de conflit d'intérêts...

Quoi qu'il en soit, il serait bon, que la ministre Lagarde nous donne de plus amples explications sur ce départ du Directeur du FSI dans une entreprise dont certes, le propriétaire est un grand ami du Président, mais avec laquelle l'Etat Français est en transactions financières.

Source : Le Post



 

Publié dans Politique

Commenter cet article