Ils vous font peur, hein, les « jeunes » ? En mai 68 aussi, vos aînés au gouvernement parlaient de manipulation.

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

aqq-copie-1.jpg

 

Le seul fait d’évoquer la présence des jeunes dans les cortèges sur les retraites provoque la grosse panique dans l’exécutif, et fait dire à la garde prétorienne du président de plus grosses c… encore. Raymond Soubie, le prince des conseillers sociaux du Président : « Les lycéens devraient manifester pour défendre la réforme. » Comme il l’avait déjà dit, vendredi dernier, traitant d’« irresponsables » ceux qui « invitent les lycéens » à défiler, le conseiller social de l’Elysée, Raymond Soubie appelle, sans rougir, les lycéens et les étudiants à défendre une réforme « d’abord faite pour eux » dans un entretien au site challenges.fr. (12 octobre).

 

Dès vendredi dernier, après les premières manifestations de lycéens de jeudi, Raymond Soubie avait donné le ton, jugeant « totalement irresponsable que des adultes en situation de responsabilité dans certaines organisations invitent les lycéens » à défiler. Et invoquant à son tour tout le bien que le pouvoir voudrait à ses cadets : « C’est le gouvernement qui est prévoyant pour eux parce que c’est pour leur retraite qu’on travaille. »

 

L’honnête Eric Woerth, à la chaîne Public Sénat (12 octobre), cite en vrac « le parti socialiste, les Verts ou le NPA et l’extrême gauche ». « Quand je vois appeler à la mobilisation des jeunes, c’est d’une irresponsabilité totale, ou d’un électoralisme forcené », s’emporte-t-il, ce lundi. Promouvant son projet de loi, actuellement débattu par les sénateurs, le ministre du Travail va jusqu’à décrire la jeune génération comme les bénéficiaires de la réforme : « Vous voulez que les jeunes n’aient pas de retraites ? Vous voulez que le système par répartition s’effondre ? »

 

La ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, vante aussi une réforme « faite pour la jeunesse de France ». « Je leur dis : cette réforme, elle est faite pour vous, pour sauver le pacte issu de la libération qui fonde la retraite sur l’équilibre entre les générations », a-t-elle argumenté.

 

Bref, les jeunes, ça se tait au chômage, dans la précarité, dans les stages non rémunérés. Les jeunes ça se tait dans les universités hors de prix et surchargées. Les jeunes ça se tait quand ils n’ont pas les moyens d’accéder aux soins de santé, au logement décent, etc. Les jeunes ? Ils vous foutent les jetons, mesdames et messieurs du patronat-gouvernement, parce que s’ils s’y mettent, vous allez danser autre chose que le menuet à Versailles...

 

Source de l'article :

http://ca56290.over-blog.com/ext/http://www.cgt56.com/

 


 

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article