La gauche mobilise pour les 60 ans

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

 

 

 

 

 

Comme Cécile Duflot pour les écologistes, le week-end précédent, les premiers responsables du PS, du PCF, du PG et du NPA ont renouvelé leur appel à faire front le 7 septembre.

 

Martine Aubry, Parti socialiste.

 

« Nicolas Sarkozy poursuit ses réformes injustes avec, comme point d’orgue, celle des retraites qu’il veut mener au pas de charge. Cette réforme dont nous disons qu’elle est deux fois inacceptable : parce qu’elle accroît les injustices, parce qu’elle ne règle pas les problèmes. Notre projet sur les retraites est crédible, juste et novateur. Crédible car il remet le régime à l’équilibre en comblant les déficits jusqu’au dernier euro et prend en compte l’allongement de la durée de la vie. Juste parce qu’il intègre la pénibilité du travail, la protection de ceux qui ont commencé à travailler tôt ou des femmes qui ont eu des carrières hachées, et met en place une répartition équitable des efforts. Novateur par la liberté qu’il donne et par les nouvelles ressources qu’il mobilise provenant notamment des profits de l’économie financière. (…) Nous allons nous mobiliser pour relayer les aspirations du mouvement social. »

 

Pierre Laurent, Parti communiste français.


« Le respect de la volonté populaire aurait dû conduire à retirer ce projet (de réforme des retraites – NDLR). (…) Le gouvernement mise cette fois encore sur un passage en force à l’Assemblée. Le déni démocratique est sa méthode d’action permanente. Mais le pays n’a pas l’intention de lâcher. Les manœuvres nauséabondes de l’été n’ont fait que renforcer la détermination contre ce projet régressif et injuste. Le succès de la pétition que nous avons lancée est remarquable. Près de 100 000 signatures déjà recueillies. Le 7 septembre au matin, nous nous rassemblerons devant l’Assemblée nationale pour les déposer. Nos députés défendront ces propositions pour un autre financement des retraites dans le débat parlementaire. »

 

Jean-Luc Mélenchon, Parti de gauche.


« Oui, nous voulons la retraite à soixante ans. C’est possible sans augmentation des annuités de cotisation et à taux plein. Nous voulons et si nous osons, nous l’aurons. (…) Nous devons créer le plus grand rapport de forces que le pays ait jamais vu. (…) Nous avons le devoir de nous rassembler. Et le premier rassemblement, c’est la Fête de l’Humanité. Ce jour-là commence la discussion d’un programme partagé entre le PCF, le PG et les formations qui veulent bien se joindre à la discussion de ce programme. (…) Pas question d’avoir pour tout potage “À bas Sarkozy, vive le vote utile”, pour ensuite se manger du Papandréou (…) Il ne faudra pas compter sur nous pour marcher au fouet. Regardez nos cous, il n’y a pas de traces de laisse. »

 

Olivier Besancenot, Nouveau Parti anticapitaliste.


« Autour de la réforme des retraites, il y a beaucoup du rapport de forces global entre les classes, entre les exploiteurs et les exploités, qui se joue. Il faut donc agir collectivement. La campagne unitaire doit avoir lieu, quels que soient les désaccords politiques. On peut marcher séparément et être ensemble sur la bataille des retraites. La stratégie d’éparpillement des luttes n’a que trop duré. (…). La crise sociale peut se transformer en crise politique, puis en crise de régime, à condition que dans le camp de gauche, on ne tremble pas. Il faut tenir bon pour réclamer, non la réécriture du projet de loi, mais son retrait (…). L’issue de 2012 se joue dans cette bataille (…). L’abrogation de la réforme des retraites ne peut pas être une promesse pour 2012, on nous a déjà fait le coup. »

 

L'Humanité

 

 

 

 

 


Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article