La nouvelle opération diversion d'Hortefeux

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS


En difficulté, la droite agite le thème sécuritaire. Dernier opus : le couvre-feu pour mineurs délinquants.

En difficulté, la droite agite le thème sécuritaire. Dernier opus : le couvre-feu pour mineurs délinquants. Il faut le reconnaître : à quatre mois des régionales, l’Élysée et ses serviteurs ne s’épargnent aucun effort pour reconquérir l’électorat le plus droitisé. En difficulté dans les sondages et au sein de son propre camp (taxe professionnelle, privatisation de La Poste, affaires Frédéric Mitterrand et Jean Sarkozy), Nicolas Sarkozy a décidé de réactiver à un rythme effréné les grands thèmes qui ont fait ses beaux jours électoraux.

 

Castration chimique, voire physique‚ des délinquants sexuels, expulsion d’exilés afghans, retour du fichier Edvige, débat nauséeux sur « l’identité nationale », vote en perspective (le 17 novembre) d’une énième loi sur la récidive… Depuis quatre semaines, le train sécuritaire est lancé à pleine vapeur. Ne manquait plus, dans ce bestiaire propre à émouvoir l’opinion publique, que la vilaine figure du « mineur délinquant ». Oubli vite réparé !

 

Mardi soir, lors des « rencontres de Beauvau » organisées avec des élus de la majorité présidentielle, Brice Hortefeux a lancé, cette fois, l’idée d’un « couvre-feu ciblé sur des mineurs délinquants ». En clair : que tous les jeunes de moins de treize ans qui auraient déjà commis un acte de délinquance soient interdits de sortie nocturne, sauf à être accompagnés par un adulte. Pour justifier le retour de cette vieille lune de la droite, le ministre de l’Intérieur a rallumé la machine à faire peur. « La part des mineurs (dans la délinquance) a augmenté de près de 5‚en un an, pour atteindre 18‚ assure-t-il. Cette délinquance des mineurs est également de plus en plus violente, avec l’apparition d’armes blanches et d’armes létales. » Quel triste bilan ! Á se demander quels étaient les incapables qui ont précédé, depuis huit ans, Hortefeux dans son fauteuil de la place Beauvau…

 

Évidemment, la saillie populiste, aussitôt dénoncée par l’opposition, a provoqué l’incrédulité du monde judiciaire. Á commencer par celle des statisticiens qui savent que les chiffres brandis sont lourdement manipulés. Comme le soulignait, début 2009, le chercheur au CNRS Laurent Mucchielli : « Après avoir fortement augmenté entre 1994 et 1998, la part des mineurs dans l’ensemble des personnes mises en cause par la police et la gendarmerie n’a au contraire cessé de baisser depuis dix ans, passant de 22 % en 1998 à 18 % en 2007. » Policiers et magistrats dénoncent de concert une mesure « démagogique » et « inapplicable ». Comment, en effet, distinguer dans la rue un enfant qui a commis un délit d’un autre, si ce n’est en contrôlant tout le monde ? Brice Hortefeux sait tout cela. Tout comme il sait que les tribunaux administratifs ont invalidé, ces dernières années, tous les arrêtés municipaux instaurant des couvre-feux à l’encontre des mineurs… Qu’importe ! Jusqu’aux régionales, les âneries, elles, ne sont pas privées de sortie.

Laurent Mouloud

L'Humanité

 

 


Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean georges 05/11/2009 18:44


Bonjour,
Je découvre ton site sur lequel je reviendrai sûrement. Ce pauvre rouquemoute ne sait plus quoi faire, son incapacité n'a d'égal que ses " bons mots" empreints de racisme ordinaire.  J'ai
toujours pensé que les mineurs, délinquants ou pas, de 13 ans n'ont rien a faire aprés minuit à trainer dans les rues, mais cela ne regarde pas trop  monsieur le ministre, c'est les
parents qu'il faut sermoner, c'est de l'encadrement de ces jeunes qu'il faut s'ocuper, c'est de les former au lieu de sanctionner par des mesures innaplicables. Mais comme les autres
Hortefeux fait du vent , parait à la télé, n'en peu plus de son arrogance. Je ne peux m'empêcher de parler d'une autre ministre qui a enfermé pendant plus de 6 mois un certain Coupat sans
AUCUNES preuve, sans le moindre grief, lequel assigné toujours a résidence à Paris est toujours  en attente d'un hypothétique jugement que l'on retarde en essayant de trouver ou
d'inventer de nouvelles preuves. La défense vient pourtant de démonter une à une toutes les inventions de la police et des magistrats sur cette affaire mais le bourrin MAM n'entend rien, ne répond
plus sur ce sujet. C'est ça la démocratie? c'est plutôt la Stasi, le Sac et autres officines d'outre Atlantique.  Cordialement JG.