Le Facebook de l’UMP fait un flop

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

E942351B8E778B46847C51CB8B8125.jpg

L’outil présenté comme stratégique pour recruter de nouveaux militants compte trop peu d’inscrits. L’état major voit rouge.

Ça ne va pas fort chez les responsables de l’UMP. Un mois après avoir lancé leur site Web, les Créateurs de possibles, sur le modèle du réseau social , ils ont dû se rendre à l’évidence : l’opération est loin du succès escompté. Censé attirer massivement les internautes, le site, qui propose notamment des forums de discussions sur tous les sujets d’actualité, ne séduit pas grand monde : 1 500 inscrits les premiers jours, seulement 7 000 après cinq semaines d’activité d’après les chiffres de l’UMP.

Une estimation jugée déjà très optimiste par certains experts du Web… « Le site ne pas du tout, confirme Guy Birenbaum, chroniqueur Internet sur Europe 1. Il devait être un des fers de lance des futures campagnes. C’est un ratage général. » D’autant plus mal vécu à l’UMP que le projet a été longuement préparé avec un budget conséquent à la clé.

Un ultimatum pour relancer le site communautaire

Un mauvais démarrage qui rend visiblement nerveux le secrétaire général du parti Xavier Bertrand. Dans un mail interne envoyé le 9 février, que nous nous sommes procuré, le patron des jeunes UMP Benjamin Lancar (déjà auteur du fameux Libdub où l’on voit une bonne partie du gouvernement chanter et danser) somme tous les responsables départementaux des jeunes (les RDJ) de s’inscrire pour donner l’exemple. Faute de quoi « ils seront démis de leurs fonctions », Lancar précisant que cette consigne émane de Xavier Bertrand lui-même. « Le message est donc clair, conclut-il. Il faut grandement nous mobiliser. » Cet ultimatum sera-t-il de nature à relancer le site communautaire ? Joint au téléphone hier, Benjamin Lancar confirme l’existence de son mail. « Lorsque j’évoque des sanctions, il faut le prendre au second degré, minimise-t-il. Je ne suis pas le responsable du numérique à l’UMP. La plupart de nos cadres sont inscrits sur les Créateurs de possibles. Quoi qu’il en soit, il est trop tôt pour faire un bilan général. »

FRÉDÉRIC GERSCHEL

Le Parisien

Publié dans Internet

Commenter cet article