PACA : Coppola propose 
les transports gratuits

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS




Le chef de file des communistes a lancé sa campagne pour l’élection régionale en formulant une proposition qu’il veut « forte et réaliste » au nom du Front de gauche.

Marseille. Correspondant régional.

 

Et en plus, ils étaient à l’heure. Dans une région qui bat des records en matière de retards et d’annulations, malgré des investissements massifs du conseil régional, les TER Marseille-Aubagne de 11 h 03 et Aubagne-Marseille de 11 h 38 ont respecté l’horaire prévu. C’est dans le cadre de cet aller-retour express que le Front de gauche a lancé sa campagne pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec une proposition « forte » qui « fera débat »  : la mise en œuvre de la gratuité sur le réseau TER, géré par l’institution régionale. Pour le chef de file des communistes, Jean-Marc Coppola, par ailleurs ancien cheminot, accompagné de nombre de conseillers régionaux sortants, « c’est une mesure sociale et écologique. Une proposition urgente et réaliste. Nous voulons que les gens laissent leur voiture pour prendre le train. Lorsque l’on pose la question de la gratuité, on pose aussi la question de l’appropriation de ce bien public. C’est un choix de société. » À Aubagne, ville-étape du mini-périple, la mise en œuvre de la gratuité en mai 2009 a entraîné une hausse de la fréquentation de 62 %, avec une affluence record en octobre 2009 avec 323 279 voyageurs (contre 208 038 en octobre 2008). L’objectif initial était d’augmenter la fréquentation de 50 % les deux premières années. C’est dire si la réalité a dépassé les prévisions.

 

Gérard Piel, vice-président du conseil régional en charge des transports, estime le coût de cette mesure « à 80 millions d’euros au maximum sur un budget global de la région de 1,9 milliard ». Pour le financement, l’élu avance quelques idées : que la région touche une part du versement transport (payé par les entreprises) qui pourrait être porté dans toutes les agglomérations à son maximum, une contribution financière des sociétés d’autoroutes et une partie des recettes des radars. « Plus l’offre se développe, plus les gens prennent le train », insiste Jean-Marc Coppola qui rappelle le bilan de la région en la matière, « marquée de notre empreinte » : triplement de l’offre de TER, achat de matériel neuf, ouverture de gares, doublement de la voie Marseille-Aix, début des travaux du triplement de la voie Marseille-Aubagne, 300 millions d’euros investis par an. « Mais aujourd’hui, on doit et on peut faire beaucoup mieux, ajoute-t-il. La SNCF, d’abord, qui doit remédier à la mauvaise qualité de service. Je ne vise évidemment pas les cheminots mais l’insuffisance des moyens dégagés par les entreprises. Mais la région elle-même peut faire beaucoup mieux. » D’où une autre proposition : que la région devienne la coordinatrice de l’ensemble des autorités organisatrices de transports (conseils généraux, communautés d’agglomérations et de communes) « afin de rendre l’offre plus globale et plus coordonnée ».

Christophe Deroubaix

 

Publié dans Actualités : Social

Commenter cet article