Sarkozy dénonce la violence policière... en Egypte

Publié le par COLLECTIF ANTILIBÉRAL du PAYS de PORT-LOUIS

Face aux évènements qui secouent actuellement l'Egypte, Sarkozy - emboîtant les pas à la diplomatie américaine - a tenu à condamner les brutalités policières contre les manifestants.

Il a déclaré doctement : « La violence, d'où qu'elle vienne, n'est jamais la solution, parce que la violence n'appelle rien d'autre que la violence, parce que la violence, sur tous les continents, n'engendre que la désolation et la souffrance ».

 

1137411251.JPGDommage que cette même conviction ne l'ait point habité en France, comme ministre de l'Intérieur, puis après qu'une majorité d'électeurs de ce pays (53%) lui ait permis d'accéder à la présidence de la République.


En effet, on ne compte plus les actes de violence policière - souvent gratuits - qui se sont produits ces dernières années sans que les coupables ne soient jamais désavoués par les autorités, à commencer par le président lui-même. Au contraire, les propos « musclés » de ce dernier n'ont pu qu'encourager les violences, leurs auteurs étant assurés de leur impunité.


Sans remonter bien loin, le 21 janvier dernier, à Anduze dans le Gard, des habitants du lieu et leurs élus s'était réunis pour manifester leur opposition à un projet d'éclatement de leur Communauté de communes dans le cadre de la réforme territoriale voulue par le gouvernement.

 

Comme le montre la vidéo amateur qui suit, les gendarmes sont intervenus avec une violence inouïe usant de leurs matraques et de projections de gaz sans aucune sommation, alors qu’il n’y avait aucune violence ni dégradation de la part des manifestants. Résultat : des manifestants pacifiques  - hommes, femmes, enfants, personnes âgées et élus (en écharpe) - gazés et matraqués, des blessés... [1]


 


    La même violence peut s'exercer contre les travailleurs qui manifestent pacifiquement pour défendre leurs droits. C'est ce que montre cette autre vidéo tournée le 19 octobre 2010 à Lorient.


Commencée dans le calme, une manifestation contre le projet de réforme du gouvernement sur les retraites se voit interdire le passage par des forces de la gendarmerie : charges, matraquages, tir de grenades se succèdent faisant des blessés.

 



Les télévisions et la plupart des journaux, qui ont intériorisé la propagande du pouvoir, ne nous relatent les violences policières que lorsque celles-ci se produisent loin de nos frontières. Pourtant, c'est une réalité nationale comme le montre les vidéos précédentes.

 

 

violence policière,nicolas sarkozy,égypte,anduze,lorientIl faut ajouter l'usage d'armes dites « non létales » - réputées ne pas tuer ni blesser lourdement - mais qui comme le flash-ball peut arracher un oeil. Cela s'est déjà produit plusieurs fois. Quant au taser, autre arme « non létale », il a déjà fait un mort : un Malien, le 30 novembre dernier, à Colombes.

 

Il est bien que, au nom de la France, Sarkozy condamne les violences policières partout où elles se produisent dans le monde. Mais, pour être crédible, il faudrait, selon l'adage populaire, qu'il commence par « balayer devant sa porte ».

JPD

Source de l'article : Le Petit Blanquiste


mardi 1er février 2011

 

Des élus des citoyens manifestant contre la réforme territoriale violemment réprimés


 


violences des forces de l'ordre gratuites


 

 



 


Publié dans Désentubages

Commenter cet article